Quelques grammes d’Insta…
#2

L’homme regarde sa primopublication, qui s’agite ou qui agonise.

Puis il pense à son enfant, là-bas, qui a décidé de ne plus dormir, sans raison apparente et qui ne sait pas s’il s’agite ou se consume. Ou les deux. Il ne se sait ni libre ni contraint ni vulnérable ni éphémère, il est donc libre.

L’homme lui dira, dès demain, les yeux dans les cernes, « Spinoza nous propose : L’homme libre ne pense à rien moins qu’à la mort ».
Mais l’enfant las se fondra en débâcle harassée et gratifiera sa liberté de quelque sommeil sombre. Ou pas.

16 septembre 2021

[ Mues de cigales de l’Aude sur mica sainte-victorien. Septembre 2021 ]

3000px-0958-2-scaled.jpg

@didierditarmand

Partagez ces quelques grammes d'Insta, choisissez votre plateforme...

Commentez…