liberation-media

Au fond de l’enveloppe…

FRAGMENT 84, de coquilles • juin 2017

Les rideaux de la baie vitrée filtrent le jour du Sud. Ce voile est tiré entre notre petit monde et cette belle lumière d’après-midi de printemps. Citizen of glass, Agnès Obel suggère, en douce errance, entre mélodie discrète et ostinato : «With the weight of days, The end of time has just begun, I hear it call your name…» Allongé pas loin de mon fils qui tente de s’endormir, qui tend vers l’endormi, j’attends. Comme un proche désœuvré au chevet d’un convalescent, inopérant, désarmé, mais là. Flottant comme la bouée qui signale et rassure le plongeur. Fragile, légère, imprécise, mais là. Après tant de mois d’accalmie, Émilien est en effet reparti brusquement dans ses grands fonds, près de 20 heures de déambulations incessantes, et autant pour nous de doutes, de veille, d’interprétations et d’exaspérations, d’imprécations et de documentation, autant de bonnes et mauvaises décisions et quelques bottes de pompiers sur notre terrasse de bois d’ailleurs.

Photos articles et pages d’accueil du site Sans Raison Apparente © Armand T.

Lire la suite du billet
By | 2017-06-09T15:12:07+00:00 juin 9th, 2017|LibéBlog|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment