14 novembre 2018 17:18 • Entre Defens et Repentance, Puyloubier

En mars, en aparté

Fragment 10,
existentiel

31 mars 2012

Fragment 10,
existentiel

31 mars 2012

J’inaugure aujourd’hui une nouvelle rubrique, Internotes, née d’un constat : je n’ai concrètement pas le temps de répondre personnellement à chaque commentateur. Mais ce n’en est pas l’envie qui me manque, chacun des mots exprimés en référence à mes billets enfonce un peu plus le pieu de ma détermination et de mon ancrage dans ce terrain d’écriture.

Cet espace d’entre-deux-notes me permettra de temps à autre de m’extraire de ma narration pour passer sur un mode métalinguistique, soit — qu’est-ce qu’un blog ? Qu’est-ce qu’un commentaire ? —, mais affectif aussi ; toujours ?

Ce travail, s’il est exaltant, est aussi compliqué, abrupt. Je ne suis pas du genre (je crois) à projeter mon ego, c’est mon travail sur le doute qui fait ma force (si elle existe), et le rédactionnel n’est pas mon domaine de prédilection. Ce chemin se révèle plein de paradoxes pour moi. Cela relève de ce fait, d’une certaine mise en danger, une galerie qui se creuse où tout étai est le bienvenu. Chaque commentaire, chaque visite contribuent donc à la construction et à la solidité de cette aventure.

Ainsi qu’à lui donner du sens. Son véritable sens, peut-être même. Voire sa polysémie. Personne ne détenant aucune vérité, on ne peut qu’essayer de donner une valeur au spectacle de notre vie.

Enfin, je pense que chacun des commentaires participe aussi, humblement, à désenclaver ce handicap, à en faire évoluer sa perception, à compléter l’expérience relatée ici et à ouvrir de nouveaux possibles…

Merci de me suivre.

Armand T.

Sauf indications contraires, textes, dessins et photographies sous © Didier-Trébosc

autisme-hieroglyphe

Internotes…

L’idée fin mars 2012 était d’ouvrir une catégorie de billets me permettant, comme cela est dit plus haut, de m’exprimer sur mes états d’âme de blogueur, qualité qui était nouvelle pour moi (nous n’en étions qu’au 10e billet…) et d’échanger avec mes « suiveurs ». Bon, après quelques internotes le tout s’est fondu en une ligne éditoriale « élargie », largement digressive.

Digression, justement :

« D’une façon générale, nous nous représentons depuis longtemps les opérations de la pensée par des métaphores territoriales, et le discours comme un mouvement . Les métaphores digressionnistes, en particulier, assimilent couramment le discours à un espace géographique. » Extrait tiré de  : Milhe Poutingon Gérard, « Excursus et mimèsis. Sur trois digressions rabelaisiennes », Poétique, 2006/4 (n° 148), p. 475-495. URL : 

à lire sur Cairn.info ::·

Retour au billet

Partagez ce billet, choisissez votre plateforme...

Commentez…